Fémina (1er avril 1913), couverture de Bernard Boutet de Monvel

90 €

Exemplaire de travail du couturier Karl Lagerfeld du numéro d'avril 1913 de la revue Fémina. La couverture est une composition de Bernard Boutet de Monvel.

Titre Fémina (1er avril 1913), couverture de Bernard Boutet de Monvel
Type Périodique
Description

66 pages (numérotées 175-200 et III-XL), nombreuses illustrations. Couverture illustrée en couleurs.

Etat Bon état.
Dimensions 355 x 285 mm
Edition Paris, Pierre Lafitte, 1913

La revue de mode Femina débute en février 1901. Elle est ainsi présentée dans le premier numéro :
"Il est toujours facile de promettre. Le difficile est de tenir. Nous nous bornerons donc, si on veut bien nous y autoriser, à dire ce que sera "FEMINA". Le public jugera ensuite si nous avons eu tort ou raison de croire à l'utilité de cette publication et si nous avons réussi à lui donner le cadre et la note qui lui conviennent.
"FEMINA" sera tout simplement pour la femme et la jeune fille ce que l'Illustration et la Vie au grand Air, par exemple, sont, l'une pour l'actualité courante et l'autre pour les sports. La France qui est, de l'avis du monde entier, le Paradis de la femme, était aussi jusqu'à ce jour le seul pays qui ne possédât pas une revue exclusivement faite à son intention et lui donnant par la plume et par l'image, une idée exacte de tout ce qui se passe dans son charmant royaume.
Cette anomalie disparaît puisque voici "FEMINA". Et tout de suite, dissipons les équivoques : il ne s'agit point ici de "féminisme" ou "d'émancipation sociale" ; nous laissons à d'autres le soin de masculiniser la femme et de lui enlever son charme exquis. "FEMINA" sera au contraire, consacré à la vraie femme, à la Française élevée sainement dans les meilleures traditions d'élégance, de bon ton et de grâce.
"FEMINA" sera donc la Revue idéale de la femme et de la jeune fille, et le seul "modernisme" de cette publication devra être cherché - et trouvé - dans la façon toute artistique et toute nouvelle dont elle sera éditée. On avouera, sans qu'il soit nécessaire d'insister, qu'il y a mieux à offrir à la femme que ce qui lui est actuellement offert sous prétexte de "Modes", de "Mondanités" et de "Famille". D'autres part, les traités importants que nous avons passés avec les plus célèbres magazines féminins américains et anglais nous permettent d'assurer que "FEMINA" ne leur cédera en rien comme intérêt et comme richesse d'édition..."

Recently viewed