Caroline Reboux - Fabienne ou la conscience professionnelle par la Princesse Bibesco pour le magazine Vogue (1926)

410 €

Petit ouvrage publié par le magazine Vogue dirigé par Philippe Ortiz en 1926. La Princesse Bibesco fait dans ce texte le portrait de Lucienne Rebaté, la célèbre modiste qui prit la tête de la maison de chapeaux Caroline Reboux. Sous le pseudonyme de Fabienne, on reconnaît ainsi les traits de Lucienne. Seuls 425 exemplaires numérotés de cet ouvrage ont été imprimés pour le compte des éditions Condé Nast .

Titre Caroline Reboux - Fabienne ou la conscience professionnelle par la Princesse Bibesco pour le magazine Vogue (1926)
Type Livre
Description

20 pages imprimées en noir et rouge, 1 frontispice par Giron. Feuillets cousus sous couverture rempliée de couleur olive.

Etat Bon état, décoloration de la couverture.
Dimensions 165 x 125 mm
Edition Paris, Les Editions Condé Nast, 1926

Caroline Reboux débute son métier de modiste dans une petite mansarde de la rue de Choiseul. Portée par le succès de ses créations auprès de la Princesse de Metternich et de la Comtesse de Pourtalès, elle est convoquée aux Tuileries par l’Impératrice Eugénie. Le succès est rapide et Caroline Reboux rapidement consacrée « reine des modistes », installe alors en 1867 sa boutique de création de chapeaux au 23 rue de la Paix.

La maison continuera à coiffer les dames élégantes après la mort de Caroline Reboux en 1927. C’est Lucienne Rebaté qui assure la continuité de la maison. Lucienne Rebaté sera le sujet d’un texte que la Princesse Bibesco rédige à la demande de Philippe Ortiz et que Vogue publie en 1926 en tirage limité numéroté sous le titre Fabienne ou la conscience professionnelle. C’est à nouveau la princesse Bibesco, cliente fidèle de la maison qui signe le texte d’un petit livret bilingue publié par la maison Caroline Reboux en 1939 La Mode et la tradition qui revient sur l’histoire de la maison. Ce petit ouvrage contient 2 photos de Laure Albin-Guillot, l’une mettant en scène Caroline Reboux en 1865 dans sa mansarde entourée de la Princesse de Metternich et l’autre Lucienne coiffant une cliente en 1939. En 1935, la maison Caroline Reboux quitte la rue de la Paix et s’installe 9, avenue Matignon.

Recently viewed