Callot Soeurs- Robe du soir de la maison Callot Soeurs (1921)

180 €

Tirage argentique représentant une robe du soir de la maison Callot Soeurs pour 1921. Cette robe est portée par l'actrice américaine Elsie Ferguson.

Titre Callot Soeurs- Robe du soir de la maison Callot Soeurs (1921)
Édition Etats-Unis, 1921
Description Tirage argentique postérieur, cachet de l'agence (Acme Newspictures) et légende tapuscrite contrecollée au verso.
État Bon état.
Dimensions 250 x 205 mm

La légende de la photographie est la suivante : "Esie Ferguson. Callot model - evening gown : gold brocade with embroidery in two of green beads, corals, garnets - ropes of pearl with pink amethyst beads in effect of smashed glass."

La maison de couture Callot Soeurs a été créées par 4 soeurs néées Callot : Marie Gerber, Marthe Bertrand, Regina Tennyson-Chantrell et Joséphine Crimont. Filles d'une dentelière, l'aventure des quatre soeurs débute par un commerce de dentelles et de parures place de la Trinité à Paris avant de se poursuivre en 1895 par l'ouverture d'une maison de couture au 24 rue Taitbout. La maison s'installe en 1914 au 9 avenue Matignon. La maison est dirigée par Madame Gerber qui fut première d'atelier chez Raudnitz et cie. A sa mort en 1927, ses trois fils prennent sa succession. La maison déménage avenue Montaigne à partir de 1934, elle cessera ses activités en 1954.

La maison Callot Soeurs connaît une prospérité importante et est reconnue pour son expertise dans l'utilisation de la dentelle. Madeleine Vionnet quit fut première d'atelier chez Callot de 1901 à 1906 a toujours voué un culte à Mme Gerber.

Dans un article intitulé 'Une audiences chez Mesdames Callot Soeurs' paru dans la revue Les Modes en 1920, le journaliste Maurice de Waleffe écrivait ceci sur Madame Gerber :" (..) Je me suis décidé pour Madame Gerber. C'est un nom qui, célèbre chez les seuls initiés, peut être traduit pour les profanes en cet autre, universellement sonore : les Soeurs Callot! Madame Gerber est l'aînée des soeurs Callot. Comme tous les créateurs, elle ne se prodigue pas au dehors. Il faut obtenir audience. Alors que Mesdames Paquin ou Jenny, MM. Redfern, Doucet, Doeuillet, Poiret sont des personnalités bien parisiennes que l'on croise dans les couloirs de théâtre, au pesage ou aux bains de mer, personne ne peut se vanter d'avoir aperçu Madame Gerber dans la vie courante. Elle crée la mode comme Dieu le père créa le monde, loin des indiscrets.
Je crois n'avoir jamais lu une interview de cette personne extraordinaire dans les gazettes. Nul chroniqueur n'a peint le portrait de cette fée invisible tapie au centre des merveilles qui sortent de ses doigts, telle Arachné dans sa toile. Arachné était une brodeuse de Lydie, qui se pendit de désespoir car Minerve, marchant sur un de ses voiles, l'avait déchiré. En approchant Madame Gerber-Callot-soeur, aussi fanatique de son art que la brodeuse mythologique, je tremblais de marcher, moi aussi, par mégarde, sur un des chefs-d-oeuvre dont sa grotte devait être tapissée. Crainte superflue! Madame Gerber-Callot me reçut, avec une gravité d'abesse, dans une sorte de salon austère, nu comme un parloir de couvent. D'ailleurs, aucun sacrifice à l'art de la toilette pour son compte personnel : un peignoir de mousseline d'où emergeait une encolure puissante couronnée par une figure grave, d'un calme un peu dédaigneux : 
- Nous faisons vivre trente mille personne ! me declara-t-elle ex abrupto. (...)" 

You may also like

Recently viewed