French
Bienvenue sur la librairie Diktats
Panier 0 €

Il n'y a aucun objet dans votre panier.

En savoir plus

La maison Worth fut créée à Paris en 1858 par Charles Frederick Worth, un anglais qui après avoir travaillé chez des drapiers londoniens puis dans la maison parisienne Gagelin et Opigez choisit d'ouvrir une maison de couture. Le succès est rapidement au rendez-vous; l'impératrice Eugénie est une cliente de la maison et de nombreuses cours d'Europe et de riches américaines se fournissent dans la boutique du 7, rue de la Paix. On doit au couturier l'invention du défilé de mode.
A la mort du fondateur en 1895, ses fils Gaston et Jean-Philippe prennent la direction de la maison. Jean-Philippe est en charge de la création alors que Gaston s'occupe des aspects administratifs et financiers. En 1900 ils recrutent Paul Poiret dont la créativité s'accommodera mal du classicisme de la clientèle Worth.
En 1922, ce sont les fils de Gaston Worth, Jean-Charles et Jacques qui reprennent les rennes de la maison. Ce sont ensuite Maurice et Roger Worth qui prendront la succession de leur père jusqu'à la vente à la maison Paquin en 1954.
En 1956 la maison ferme, seules survivent les activités de parfums.

Dans Opulent Era, l'experte Elisabteh Colemann revient sur la question du fonctionnement interne de la maison Worth, qui soulève encore aujourd'hui de nombreuses interrogations: "Many of the mundane but all-important internal workings of the house has not been yet revealed. As early as the 1860's, Worth and Bobergh, perhaps in the long tradition of couture, bought model sketches from outside designers. A series of watercolored sketches in the Worth/Paquin archives at the Victoria and Albert Museum have been cut out from the works of a designer whose signature could be confused with that of Charles Worth. Rather these are from the hand of Charles Pilate, a designer who is known to have sold models sketches to Alexandre Ghys, a widely advertised French dressmaker of the 1860's and 1870's. Questions about the possible interechange have raised: Did Worth purchase sketches with the idea of making up or adapting them as garments? Was Pilatte ever on staff at Worth as a house designer? Did the house acquire these sketches later as revival references?".

Dans un article consacré à la naissance du modéliste (Le dessin sous toutes ses coutures), Françoise Tétart-Vittu  indique que Charles Pilatte était en 1860 un dessinateur en costumes et robes. On retrouve ainsi son nom au milieu de ceux d'Emile Mille, Léon Sault, Charles Leray, Amedée Ploux et Paul Robin. Les figurines qu'ils dessinaient n'étaient pas des projets de gravure de mode mais étaient soit un modèle proposé par le dessinateur à un couturier soit la reproduction d'un modèle de couturier à destination d'une cliente. A partir de 1880, les dessinateurs seront intégrés dans les maisons de haute couture.

Charles Pilatte meurt le 20 novembre 1885 à Londres où il s'était installé depuis plusieurs années. T. Johnson, le journaliste du Figaro qui annonce sa mort, écrit ainsi : "Monsieur Charles Pilatte était un dessinateur de mérite, c'est lui qui le premier à Paris a dessiné les costumes de dames. Il a eu pour clientes toutes les élégantes du second empire ; il faisait pour chacune d'elles, un dessin spécial, il dessinait une robe unique et qui était très supérieure à la gravure de mode".

Des dessins de Charles Pilatte ont été présentés lors de l'exposition L'Impressionnisme et la mode au musée d'Orsay en 2012. 

Dessin de Charles Pilatte pour les maisons Worth ou Ghys (circa 1860-1870)


Illustrateur(s) : Pilatte (Charles)

En stock

Dessin à l'aquarelle de Charles Pilatte qui travailla vraisemblablement pour les maisons Worth ou encore Alexandre Ghys. Des dessins similaires de cet artiste figurent dans les archives de la maison Worth.
660 €
OU
Description
Titre Dessin de Charles Pilatte pour les maisons Worth ou Ghys (circa 1860-1870)
Type Dessin
Illustrateur(s) Pilatte (Charles)
Editeur nc, circa 1860-1870
Dimensions 235x315 mm
Envoi signé par l'illustrateur
Description Dessin à l'aquarelle sur carton. Signature de l'auteur.
Etat Bon état, quelques tâches.